La MRC Abitibi lance sa stratégie d’attraction et rétention

28 mai 2021      


Confrontée à un solde migratoire négatif, soit de -0,12 % en 2019-2020, un faible taux d’immigration, soit 0,3 % des immigrants accueillis au Québec, et une pénurie de main-d'œuvre, la MRC Abitibi n’avait d’autre choix que d’agir pour renverser la vapeur. Elle a donc procédé au lancement de sa nouvelle stratégie d’attraction et de rétention, jeudi, à Amos.

Lire la suite du communiqué 

Martin Guindon

La région d’Amos déploie de nouveaux outils pour attirer et retenir de nouveaux résidents sur son territoire.

Confrontée à un solde migratoire négatif, soit de -0,12 % en 2019-2020, un faible taux d’immigration, soit 0,3 % des immigrants accueillis au Québec, et une pénurie de main-d'œuvre, la MRC Abitibi n’avait d’autre choix que d’agir pour renverser la vapeur. Elle a donc procédé au lancement de sa nouvelle stratégie d’attraction et de rétention, jeudi, à Amos.

Martin Guindon

La région d’Amos déploie de nouveaux outils pour attirer et retenir de nouveaux résidents sur son territoire.

Confrontée à un solde migratoire négatif, soit de -0,12 % en 2019-2020, un faible taux d’immigration, soit 0,3 % des immigrants accueillis au Québec, et une pénurie de main-d'œuvre, la MRC Abitibi n’avait d’autre choix que d’agir pour renverser la vapeur. Elle a donc procédé au lancement de sa nouvelle stratégie d’attraction et de rétention, jeudi, à Amos.

Martin Guindon

La région d’Amos déploie de nouveaux outils pour attirer et retenir de nouveaux résidents sur son territoire.

Confrontée à un solde migratoire négatif, soit de -0,12 % en 2019-2020, un faible taux d’immigration, soit 0,3 % des immigrants accueillis au Québec, et une pénurie de main-d'œuvre, la MRC Abitibi n’avait d’autre choix que d’agir pour renverser la vapeur. Elle a donc procédé au lancement de sa nouvelle stratégie d’attraction et de rétention, jeudi, à Amos.

Martin Guindon

La région d’Amos déploie de nouveaux outils pour attirer et retenir de nouveaux résidents sur son territoire.

Confrontée à un solde migratoire négatif, soit de -0,12 % en 2019-2020, un faible taux d’immigration, soit 0,3 % des immigrants accueillis au Québec, et une pénurie de main-d'œuvre, la MRC Abitibi n’avait d’autre choix que d’agir pour renverser la vapeur. Elle a donc procédé au lancement de sa nouvelle stratégie d’attraction et de rétention, jeudi, à Amos.

Martin Guindon

La région d’Amos déploie de nouveaux outils pour attirer et retenir de nouveaux résidents sur son territoire.

Confrontée à un solde migratoire négatif, soit de -0,12 % en 2019-2020, un faible taux d’immigration, soit 0,3 % des immigrants accueillis au Québec, et une pénurie de main-d'œuvre, la MRC Abitibi n’avait d’autre choix que d’agir pour renverser la vapeur. Elle a donc procédé au lancement de sa nouvelle stratégie d’attraction et de rétention, jeudi, à Amos.

Martin Guindon

La région d’Amos déploie de nouveaux outils pour attirer et retenir de nouveaux résidents sur son territoire.

Confrontée à un solde migratoire négatif, soit de -0,12 % en 2019-2020, un faible taux d’immigration, soit 0,3 % des immigrants accueillis au Québec, et une pénurie de main-d'œuvre, la MRC Abitibi n’avait d’autre choix que d’agir pour renverser la vapeur. Elle a donc procédé au lancement de sa nouvelle stratégie d’attraction et de rétention, jeudi, à Amos.


 


LISTE D'ENVOI

Recevez par courriel l’actualité de la SADC Harricana



Soumettre

Désabonnement